Biographie

Originaire de la région nantaise, Brigitte Moreau Serre intègre l'atelier d'Edouard Mac Avoy, élève de Laurens, Bonnard et Vuillard, et aujourd'hui considéré comme le plus grand portraitiste du 20e siècle. Pendant 5 ans, jusqu'à la mort du maître, elle y reçoit un enseignement intelligent et précis de la couleur avant d'entrer dans l'atelier de Gérard Le Cloarec.

DRAG ME !

2018

Préparation de la Tapisserie d'Aubusson Renaissance et de l'exposition à la Villa Médicis...

1 / 10
DRAG ME !
Brigitte Moreau Serre © Nicolas De Chateau Thierry
Brigitte Moreau Serre © Nicolas De Chateau Thierry
Brigitte Moreau Serre © Nicolas De Chateau Thierry
Brigitte Moreau Serre © Nicolas De Chateau Thierry

2017

Préparation d'un projet artistique autour de l'Arbre. Celui-ci servira de socle à la prochaine exposition de Brigitte Moreau Serre.

1 / 5
DRAG ME !

2008-2010

Pendant deux ans, Brigitte Moreau Serre travaille à la création du projet Incarnation. Mûri depuis plusieurs années déjà, le projet aboutit à un film de 11 min, mêlant peinture et motion design.

1 / 3

1992-1996

En 1991, Brigitte Moreau Serre intègre l’atelier du peintre Gérard LE CLOAREC et y travaille pendant  3 années. 

1 / 1
DRAG ME !

2001

Exposition du 27 septembre au 23 octobre 2001, espace CHATELET VICTORIA, 17 avenue Victoria, dans le 1er arrondissement. L'événement est précédé d'une campagne d'affichage dans le métro parisien.

1 / 2
DRAG ME !

1999

Exposition mai 1999, espace CHATELET VICTORIA, 17 avenue Victoria, dans le 1er arrondissement.

1 / 2

1992

A la mort de Mac Avoy en 1991, les élèves continueront à travailler, dans un autre atelier, 102 rue du Cherche Midi. Après sa mort, exposition du travail de tous les élèves, dans le cadre d'un Hommage à Mac Avoy. Brigitte Moreau Serre y expose notamment Les Arlequins.

1 / 1
DRAG ME !

1986-1991

En 1986 Brigitte Moreau Serre entre dans l’atelier du peintre Edouard Mac Avoy, situé au-dessus du théâtre du Lucernaire. Tous les matins, une trentaine d’élèves travaillait d’après le modèle vivant.

Tous les vendredis le maître s’attardait sur tous les travaux et effectuait les corrections nécessaires. 

1 / 4